Vous êtes ici : Actualités > Le réseau CI-BTP acteur de la solidarité... par tous les temps

Le réseau CI-BTP acteur de la solidarité... par tous les temps

La vague de froid touche durement les entreprises du bâtiment et des travaux publics. Le régime de chômage intempéries les rembourse d'une grande partie des indemnités qu'elles doivent verser à leurs salariés.

03.02.2012 Posté dans : Flux UCF, A la une

La vague de froid de grande ampleur qui traverse actuellement la France entraîne de nombreuses interruptions de chantiers. Face à ces épisodes hélas de moins en moins exceptionnels, Norbert Monti, président de l'UCF CI-BTP, rappelle que "le régime de chômage intempéries BTP est là pour contribuer à compenser le préjudice subi par les entreprises concernées. C'est une expression concrète de l'esprit de solidarité qui règne au sein de la profession du BTP".

Le code du travail oblige en effet les entreprises du BTP à interrompre les chantiers exposés à des conditions météorologiques mettant en danger la santé ou la sécurité des salariés, tout en prévoyant l'indemnisation de ces derniers, temporairement privés d'emploi. Cette charge, à la fois imprévisible et inégalement répartie sur le territoire, est en partie compensée dans le cadre d'un dispositif créé en 1946 par la profession : le régime de chômage intempéries.

Fondé sur la mutualisation du risque au niveau national, ce régime, auquel cotisent les entreprises du BTP, procure à ces dernières, dans certaines conditions, le remboursement de 75 % des indemnisations versées à leurs salariés mis en arrêt intempéries ainsi que la prise en charge des cotisations de congés payés et de retraite complémentaires pour les ouvriers.

Lors de l'exercice d'avril 2010 à mars 2011, le régime a enregistré près de 280 000 déclarations d'arrêts de chantiers correspondant à 14,4 millions d'heures d'arrêts, soit l'équivalent de 9000 emplois à temps plein sur une année.